top of page
luxurytail3.png

Luxe & Retail Formation sur-mesure |Coaching 

🎙️Podcast : Le pouvoir des réseaux sociaux avec Patrick Calmels (Twitter)

Dernière mise à jour : 4 janv.

Invité : Patrick Calmels







Cliquez ici pour lire le podcast




Sabine Luxurytail
C'est L'été avec Luxurytail. Bienvenue dans le podcast L'été avec Luxurytail, le pouvoir du Web3. Je suis Sabine et je suis ravie de partager avec toi ma nouvelle passion pour le Web3. Bonjour à tous, bienvenue dans l'épisode numéro 5 du podcast “L'été Luxurytail : le pouvoir du Web3”.

Aujourd'hui, nous allons évoquer le pouvoir des réseaux sociaux. Et pour cela, nous recevons un invité de marque, Patrick Calmels.

Bonjour Patrick. Bienvenue à toi. Merci beaucoup d'être avec nous. Est-ce que tu peux te présenter ?

Patrick Calmels
Oui, Bonjour. Merci beaucoup de me recevoir. Patrick Calmels,

Je suis en charge du hub Luxe de Twitter.

Je suis passionné par les thématiques du Luxe et de Web3. Je travaille depuis sept ans maintenant dans cet univers des Maisons de Luxe et des transformations digitales.

Sabine Luxurytail
Waouh ! Donc, il y a vraiment beaucoup d'avance par rapport à nous.

Patrick Calmels
Pas forcément d'avance, mais en tout cas, je pense qu'on est au même niveau de passion et peut-être qu'on explore des territoires un peu différents. Donc ça va être chouette de pouvoir échanger autour de tout ça.

Sabine Luxurytail
Super, merci beaucoup. Justement, je vais enchaîner avec notre première question.

Finalement, tu nous as dit que tu étais chez Twitter, mais quel est le rôle ou le poids, je ne sais pas, de Twitter dans la mise en place des stratégies Web3 des marques de Luxe ?

Patrick Calmels
Twitter, c'est une plateforme de conversation qui est utilisée par des millions et des millions d'utilisateurs quotidiennement pour venir s'exprimer sur les sujets qui les passionnent.

Et bien évidemment, la communauté NFT ou la communauté Web3, c'est des gens qui sont passionnés par ces nouvelles technologies, qui ont besoin d'en parler, qui ont besoin de s'informer. Donc, de façon extrêmement naturelle que ces gens- là viennent sur Twitter.



Sabine Luxurytail
Donc, déjà, c'est un réseau qui permet de te tenir informé de tout ce qui va se passer sur cette thématique ?

Patrick Calmels
Absolument. C'est vrai, pour tout ce qui se passe dans le monde, ça va être du sport, des séries télé, mais aussi sur des sujets très pointus comme les sujets Web3. Ce qui est intéressant, c'est de voir à quel point la conversation NFT est concentrée sur Twitter. C'est 96% de la population, la conversation mondiale digitale qui se passe sur Twitter. En fait, pour simplifier, vraiment, la conversation digitale sur les NFT, elle se passe sur Twitter. C'est donc pour les marques, ou toutes les personnes qui s'intéressent aux NFT, une plateforme sur laquelle on peut se tenir au courant et voir un peu les grandes tendances.

Sabine Luxurytail
Donc, si je comprends bien, sur Twitter, si je veux me tenir informée des derniers événements, des prochains drops, - je précise, un drop, c'est un lancement ponctuel, c'est comme un pop- up store, un lancement d'un produit d'une collection qui va durer une journée - si je veux savoir un petit peu où en est un projet qui a débuté il y a un an, je suis sûre que sur Twitter, je vais trouver cette information.

Patrick Calmels
Absolument. C'est vraiment ici que ça va être dit en premier. C'est là où souvent, toutes les personnes sont à l'affût de ces thématiques. Pour te donner un exemple, on parle vraiment d'une conversation colossale. Si on regarde l'année dernière, c'était 8,5 milliards d'impressions de Tweet NFT. C'est un sujet qui est massif. Tu parlais de drop, effectivement, une des raisons pour lesquelles on vient sur Twitter, c'est qu'il y a trois grandes discussions.
  • La communauté NFT, les giveaway, donc les drop,

  • A quel moment est-ce qu'on va pouvoir avoir accès à du Web Collection ?

  • Et puis après, la troisième conversation, c'est la dimension artistique des NFT où les passionnés vont plus discuter du côté esthétique du projet artistique.


Sabine Luxurytail
Quand tu parles du projet artistique, de tout ce qui est esthétique, qu'est-ce que tu entends exactement ?

Patrick Calmels
On va être sur des conversations où les passionnés vont venir commenter, en fait, les choix de direction artistique. Est-ce qu'ils aiment la collection ? Est- ce qu'ils la trouvent fidèle à l'esprit originel quand c'est une collection qui est “reminté” régulièrement.

Par exemple, Crypto punk, pour en citer une, on va avoir beaucoup de conversations sur :

“Est-ce que le drop est au niveau de celui du mois précédent ?”

Ça va être ça les conversations artistiques, on va bien parler un peu des goûts et des couleurs. Est-ce qu'on est content de ce qui vient d'être “minté” ? Alors oui, pour reprendre un peu ce mot “minté” qui est vraiment dans la sémantique d' NFT, minté, c'est venir faire une collection, l'adosser à la blockchain, faire en sorte qu'elle va être unique et qu'elle va être produite et qu'elle va être ensuite adossée à tout ce qui permet vraiment d'identifier et de sécuriser le NFT. Quand on dit qu'un NFT est minté, c'est un peu comme si on était quand on vient forger des pièces, quand on vient les imprimer. Là, c'est la même chose pour le NFT.

Sabine Luxurytail
Merci beaucoup, Patrick. Pour rappel, dans l'épisode 1, on vous donne la définition de ce qu'est la blockchain, mais là, c'est vraiment un enjeu majeur, justement, dans le Web3.

Finalement, Patrick, quel est l'intérêt pour une Maison de Luxe d'écouter les conversations sur Twitter ou voire même de les susciter, ces conversations ?

Patrick Calmels
En écoutant les conversations sur Twitter ou une Maison de Luxe, elle va pouvoir être sûre qu'elle est vraiment parfaitement au courant de ce qui anime cette communauté qui est quand même particulière, qui a ses codes, où elle va pouvoir savoir un petit peu avant tout le monde quelles sont les tendances, qui sont celles qui vont durer ou celles qui ont l'air de s'essouffler.

Et puis, le jour où elle-même voudra prendre la parole, elle se sera tellement nourrie du vocabulaire NFT et de la communauté NFT, qu'elle va s'exprimer avec le bon ton. Elle saura exactement s'exprimer au bon moment et puis aussi avoir un contenu adapté. Et donc, elle aura une tonalité qui est hyper naturelle. On s'adresse vraiment à des communautés passionnées qui n'aiment pas le langage fake.

Donc plus tu connais, en fait, un user, plus la Maison va pouvoir s'exprimer avec naturel.

Sabine Luxurytail
Donc, ce que tu me dis, c'est qu'une marque de Luxe, avant de lancer un projet, elle a besoin de s'acculturer elle-même. Et Twitter est un excellent moyen pour elle de voir comment mener un projet, d'être en lien avec une fanbase, avec une communauté et voir comment ça se passe sur un projet.

Patrick Calmels
C'est exactement ça. Et en fait, on voit vraiment les marques de Luxe qui arrivent à s'exprimer de la façon la plus juste. C'est souvent celle pour lesquelles, d'ailleurs, le projet est le mieux accueilli. Et ce n'est pas uniquement un succès d'estime, de se dire « J'ai bien parlé et mon projet est bien compris par la communauté. »



C'est aussi quelque chose qui va donner de la valeur à la collection Je suis tombé sur Internet sur une étude qui est fascinante et que je trouve extrêmement intéressante quand on s'intéresse au NFT. C'est une étude très sérieuse qui a été menée par des universitaires. C'est des universitaires de l'École Polytechnique de Lausanne, de Madrid, de l'Université di Urbino Carlo Bo d'Italie, donc vraiment des académies. Et ils ont essayé de comprendre “qu'est-ce qui donnait de la valeur à une collection de NFT”. Est- ce que c'était la direction artistique, sa qualité ? Ils ont analysé plein de critères. En fait, c'est le volume de conversation, surtout sur Twitter qui est la corrélation d'une valeur de NFT.

On est sur la plateforme sur laquelle les choses se disent, les collections se discutent, et plus une collection fait parler, plus elle va prendre de la valeur.

Donc pour une marque de Luxe, c'est important d'être sûr qu'elle va faire parler de sa collection. C'est ça qui va donner de la valeur vraiment monétaire à la collection.

Sabine Luxurytail
Ce que tu me dis, c'est que plus j'ai de la conversation sur Twitter, plus ça va apporter de la valeur au NFT. Mais est-ce que, par exemple, je pense là au second drop de Azuki qui est qui n'a pas été spécialement un succès.
Donc, il y a eu beaucoup de conversations et finalement, on en a beaucoup parlé, mais pas dans le bon sens. Finalement, ça fait un bad buzz.

Est-ce que justement, l'impact des conversations, j'entends ce que tu disais, ça peut avoir un effet hyper bénéfique pour les Maisons de Luxe. Mais est-ce qu'également, le poids, le volume des conversations peut faire l'effet d'un bad buzz pour une marque ?

Patrick Calmels
Alors, totalement. Moi, je n'ai pas analysé ce lancement particulier dont tu parlais. Mais effectivement, si la marque a suffisamment écouté en amont, normalement, elle s'exprime avec la bonne tonalité. Est-ce que c'est ce qui manque parfois ? C'est possible. Et après, bien évidemment, le volume de conversation est important, mais il y a un autre indicateur, c'est la température de conversation. Est-ce qu'on est sur une conversation positive ou sur une conversation qui, au contraire est très clivante et très négative ? Tu as raison, le volume n'explique pas tout.

Sabine Luxurytail
D'accord. Merci Patrick. Finalement, pour sortir un petit peu de Twitter, qu'est-ce qui, à ton avis, pousse les marques de Luxe à entrer dans le Web3 ?

Patrick Calmels
C'est une très bonne question parce que la dernière génération de Web, donc le Web2, c'est-à-dire les réseaux sociaux, c'est une révolution qui avait un peu fait peur aux Maisons de Luxe. Elles n'étaient pas toutes rentrées rapidement sur les réseaux, elles avaient hésité.
Sur le Web3, on a l'impression qu'il y a une espèce d'unanimité.

Tout le monde veut y aller vite, il faut y aller de la façon la plus forte possible. Je pense que ça vient beaucoup de la technologie blockchain qui est l'essence du Web3, qui est très rassurante pour les Maisons de Luxe et qui reprend pas mal d'ingrédients qui font l'univers du Luxe, c'est-à-dire l'unicité, la rareté et l'authenticité. C'est une technologie qui est très rassurante pour les Maisons de Luxe et elles vont pouvoir s'appuyer sur quelque chose qu'elles maîtrisent quelque part.

Sabine Luxurytail
Je pense que c'est rassurant et pour les Maisons de Luxe et pour les acquéreurs également, cette notion de confidentialité, d'authenticité, de sur-mesure, d'exclusivité. Les marques de Luxe, c'est ce qui fait l'ADN d'une Maison de Luxe, mais c'est ce que recherche également la clientèle du Luxe. Grâce à la blockchain, elle va tout à fait retrouver les valeurs qu'elle recherche pour une marque de Luxe, aussi bien en termes de statut social, d'afficher son statut social d'une autre manière que d'expériences exclusives.

Patrick Calmels
Totalement d'accord avec toi.

Ce qui est fort, c'est que les Maisons de Luxe ont réussi à lever beaucoup de blocages grâce aux technologies Web3.

Si on s'intéresse à chacune des technologies Web3, on peut voir qu'elles les ont utilisées pour lutter contre des freins. Le premier qui vient en tête, c'est la blockchain. La blockchain, pour simplifier, on peut dire que c'est un peu un espèce de passeport digital pour une Maison de Luxe, qui fait qu'elle peut garantir de façon infaillible à un utilisateur que son sac est authentique. Par exemple, si on prend l'exemple d'un sac Louis Vuitton, ça permet de lutter de manière complètement efficace et infaillible contre la contrefaçon, qui était vraiment une des grandes menaces pour la santé financière de l'univers du Luxe dans les années 90-2000.

Sabine Luxurytail
C'est vrai. D'ailleurs, on a des consortiums qui se sont créés comme Aura blockchain, comme Ariani ou des Maisons de Luxe qui n'appartenaient pas du tout à des mêmes groupes se sont réunies. Si on prend Aura blockchain, on va avoir LVMH, Prada, Richemont, OTB, avec Ariani, on a des Maisons comme Audemars Piguet, Vacheron Constantin, Brettling, Roger Dubuis qui se sont appuyés sur cette technologie. Et c'est vrai qu'aujourd'hui, ça permet d'avoir cette sécurité, de pouvoir s'offrir, acquérir un véritable objet de Luxe.

Patrick Calmels
Oui, c'est une vraie révolution parce qu'il y avait une menace économique forte. Donc, on s'associe entre concurrents pour venir vraiment nettoyer ce gros problème de l'industrie. Et puis, comme on est dans l'univers du Luxe, qui est quand même une industrie extrêmement pionnière, qui aime raconter des belles histoires, on peut aussi s'attendre à appuyer sur cette technologie blockchain pour aller plus loin.

Je pense notamment, par exemple, dans les vins et spiritueux, on peut donner une blockchain, donc vraiment une garantie liée à une bouteille qui va permettre de savoir qu'elle est composée à partir de telle parcelle du vignoble qui a été récoltée à telle date de façon extrêmement précise.

Et ça donne au passeport des ressources de storytelling beaucoup plus fortes. On peut imaginer n'importe quoi, mais une Maison de Luxe qui a produit une montre en 100 exemplaires. Une de ces montres a été portée, par exemple, par Kylian Mbappé la veille de la finale. Grâce à la blockchain, cette montre qui est déjà en toute petite série, elle gagne une valeur encore supplémentaire et c'est infaillible. On est sûr qu'on ne se fait pas « avoir » puisque la blockchain montre qu'elle est unique aussi, même dans une série très limitée.

Sabine Luxurytail
On va appeler Hublot, alors. On va leur demander de nous certifier ça. Moi, je rebondis sur tout ce qui est vin et spiritueux c'est vrai que si on prend par exemple le marché chinois, il y a eu beaucoup de sujets sur la contrefaçon, parce qu'en fait, la clientèle chinoise commence à apprécier le vin, j'ai envie de dire “à la française”. C'est une population qui apprécie les alcools forts. Et quand elle va acheter une bouteille de Dom Perignon, elle ne va pas forcément savoir si c'est un Domd avec DON. Ce sera de la contrefaçon, alors que le Dom Perignon s'écrit avec un M, et le fait d'avoir ce certificat d'authenticité, ça va prouver la valeur que la personne aura achetée de cette bouteille et qu'il s'agit d'une vraie bouteille de Dom Perignon avec toutes les caractéristiques par rapport au cépage, à sa provenance, à Reims, etc. Ça, c'est vraiment, je trouve, révolutionnaire, que ce soit dans la vente aux enchères de Grands Crus prestigieux, ou dans l'achat simple de Grand Cru dans un restaurant en Chine, par exemple.

Patrick Calmels
Totalement. C'est assez fascinant sur les vins et spiritueux. Et c'est vrai que si on s'intéresse à d'autres industries du Luxe comme la couture, par exemple.

La blockchain, ça permet de sécuriser la location, la consommation à la demande, la seconde main qui sont vraiment des attentes de la Gen Z, qui est passionnée de Luxe, mais qui n'a pas forcément le pouvoir d'achat encore pour pouvoir s'acheter des très jolies pièces de Luxe.

Et grâce à la blockchain, on va pouvoir louer ou revendre beaucoup plus facilement des collections tout en s'assurant qu'elles sont 100% sécurisées. On peut savoir combien de fois elles ont été louées précédemment, à qui et dans quelles conditions. Ça rajoute beaucoup de transparence et de fiabilité sur l'industrie du Luxe.

Sabine Luxurytail
Oui, ça valorise cette conscience écologique pour offrir une durée de vie plus longue, plus longue aux produits.

Patrick Calmels
Totalement.
Sabine Luxurytail
Comme tu le disais tout à l'heure, les marques de Luxe ont eu beaucoup de mal à entrer dans le Web2, mais elles sont entrées de plein fouet dans le Web3 avec de plus en plus de projets, et là, des projets vraiment qui commencent à avoir du corps avec une feuille de route beaucoup plus construite et aboutit qu’avant. On sait que les personnes qui suivent les cryptomonnaies sont donc très présentes sur les réseaux sociaux,

Mais finalement, quelle est la valeur ajoutée pour une marque de Luxe ? Finalement, quel est l'avantage pour une marque de Luxe de recruter des personnes qui vont utiliser leurs cryptomonnaies ?

Patrick Calmels
C'est une très bonne question et c'est vraiment quelque chose qu'elles ont progressivement fait l'année dernière, en 2022. On a vu de plus en plus de Maisons qui acceptaient les paiements en crypto. Derrière cette décision, il y avait quand même le souhait de venir recruter des nouveaux consommateurs, des consommateurs qui possédaient des bitcoins, de la crypto monnaie et qui souhaitaient quelque part pouvoir l'utiliser aussi et acheter des biens à partir de cette crypto.

Donc, elles ont répondu à cette attente de cette population, de cette demande qui est plus jeune aussi, qui a un pouvoir d'achat plus fort, qui est plus encline à venir acheter des produits chers et valorisés. Donc, elles sont allées s'adresser à une clientèle qui nous demandait qu'à utiliser ces crypto monnaies.

On disait tout à l'heure que les NFT sont des sujets qui sont beaucoup discutés sur les réseaux sociaux. La crypto monnaie, c'est la même chose. Donc là aussi, on va s'adresser à une cible qui est très digitalisée et qui n'a qu'une envie, comme je le disais, c'est d'utiliser cette cryptomonnaie. Et pour les Maisons, il y a aussi un autre avantage, c'est qu'elles vont quelque part aussi diversifier leurs devises.

Elles ne sont plus uniquement payées en dollars, en euros. Elles ont la crypto monnaie qui permet de diversifier les devises. On pense à des monnaies qui étaient importantes dans l'univers du Luxe, on pense au rouble. Aujourd'hui, le rouble s'est complètement effondré, mais c'est vrai que pour d'autres monnaies, quelque part, la crypto a une stabilité qui est intéressante pour les Maisons.


Sabine Luxurytail
Le fait, justement, de pouvoir recruter cette clientèle, ça permet, j'imagine, aux marques de Luxe de proposer des nouveaux programmes de fidélité, Fidélité 3.0, tout en restant dans l'anonymat, bien sûr, grâce à la blockchain, mais pour profiter davantages exclusifs et s'adresser à une clientèle, comme tu le disais tout à l'heure… La clientèle des crypto monnaies a un pouvoir d'achat plus élevé que la clientèle qui va payer avec sa monnaie fiat.

Patrick Calmels
Totalement. C'est une clientèle qui a peut-être acheté des cryptomonnaies dans un premier temps pour spéculer, mais qui maintenant veut juste l'utiliser comme n'importe quelle monnaie et pouvoir acheter, se faire plaisir avec cet actif, cet argent.

Sabine Luxurytail
En faisant ma veille quotidienne sur tout le Web3, les lancements de NFT, de projets de métavers, etc, je vois tous les jours les “pro” NFT et les “contre” NFT. Cependant, c'est vraiment un sujet qui fait parler, c'est un sujet qui fait buzzer et les marques de Luxe ne sont pas en reste puisque tous les jours, nous avons de nouveaux projets. Même si elles sont pour certaines en phase de “test and learn”, il y a de belles réussites.

Est-ce que tu aurais des exemples, justement de marques de Luxe qui ont réussi leur entrée dans les NFT grâce justement à leur communication sur les réseaux sociaux et qui aujourd'hui sont des exemples de référence ?

Patrick Calmels
Oui, totalement. Il y a une histoire d'amour quelque part entre le Web2 et le Web3. Le Web3, c'est une technologie qui est très, très nouvelle, mais pour pouvoir trouver son audience et justement réussir, elle a besoin du Web2. C'était un petit peu toute notre discussion. Qu'est-ce qui donne de la valeur à un NFT ? Qu'est-ce qui fait qu'il va émerger parmi l'océan de projets ? C'est exactement sa pertinence sur les réseaux sociaux. Est-ce qu'on va le voir sur Twitter ? Est-ce qu'on va en entendre parler ? Est-ce qu'on va le voir sur d'autres plateformes ? Est-ce qu'il va réussir à s'imposer ?

En réfléchissant avec tous ceux qui sont passés, il y en a quatre qui m'ont vraiment marqué.
Le premier, historiquement aussi c'est la collection Genesi de Dolce & Gabbana, qui a été lancée en 2022 et qui a été composée de neuf NFT.

C'est très limité en termes de production. Il y en avait cinq qui étaient des Digital Twins, qui étaient vraiment le jumeau numérique d'une pièce qui était présentée au cours d'un défilé. Il y en avait quatre qui étaient des qui était strictement NFT.

Si on en a autant parlé, c'est parce que c'est la collection qui a généré le plus de valeur, puisqu'elle s'est vendue pour 5,65 millions de dollars. Même pour de la haute couture, il y a des pièces uniques, c'est des sommes qui sont colossales.

Ce qui était très intéressant, c'est de voir que certes, le projet était magnifique, mais il a été orchestré de façon parfaite sur les réseaux sociaux, puisque Dolce & Gabbana a vraiment utilisé des codes de la galaxie NFT. Ils ont d'abord fait un petit teasing en organisant un “space audio” où ils ont fait intervenir l'équipe créative de Dolce & Gabbana, des journalistes de Vogue pour que le projet parle à l'audience Dolce & Gabbana qui ne connaissait pas forcément les NFT. Ils ont aussi invité l'artiste qui a créé le NFT et le studio qui a permis de “minter”. Il y a eu une conversation d'une heure pour expliquer le projet. Ils ont donné rendez- vous la semaine suivante avec un autre “space”. Ils ont tenu en haleine tous leurs passionnés et c'est ce qui fait qu'en fait, quand la collection a été lancée, ça a été un événement parce qu'elle avait fait beaucoup parler avant, il y avait beaucoup d'attentes.


Ils ont eu à la fois l'avantage du first mover, d'être les premiers à proposer cette collection. Ils ont été vraiment stratèges dans la façon dont ils en ont parlé, puisqu'ils ont fait plusieurs rendez-vous audios en invitant à la fois des gens extrêmement pointus, des artistes et aussi des journalistes de Vogue pour venir vulgariser le projet et faire en sorte qu'ils partent à tous les fans de Dolce & Gabbana, qui n'étaient pas forcément des geeks ou des pointus de NFT.

Sabine Luxurytail
Et là, Twitter a joué un rôle, j'imagine, très important dans cette collection.

Patrick Calmels
Absolument. C'est vraiment sur Twitter qu'ils l'ont présentée, qu'ils l'ont dévoilée, avec ce format de “room audio” qui s'appelle “Twitter Space”, qui est très utilisé par les Maisons et les marques pour lancer des NFT. Si vous êtes utilisateur de Twitter, je pense que vous êtes familiers de ce format et que régulièrement, vous voyez Lacoste, Dolce & Gabbana, Guerlain parler justement de NFT via ce format et d'autres créateurs qui sont pas forcément des Maisons de Luxe, mais qui sont aussi intéressés par l'univers NFT, qui viennent en parler grâce à Twitter Space.


Sabine Luxurytail
Tu as dit que tu avais quatre exemples. Là, on a fait notre premier exemple. Quels sont les trois autres ?

Patrick Calmels
Il y en a trois autres que j'adore.
Le deuxième, c'est le lancement qui a été fait par Tiffany autour des NFT. Là aussi, on parle d'une collection qui s'est très bien vendue puisque c'est 12,5 millions de dollars. C'est des sommes qui sont quand même colossales. C'était en août dernier, donc il y a presque presque un an. En là, Tiffany a lancé le premier objet hybride, c'est-à-dire que c'est 250 pass NFT qui ont été vendus. Ils ont été proposés vraiment à la communauté crypto punk. Il fallait déjà posséder un NFT pour avoir le droit d'accéder à ce genre de NFT. 250 Happy Few qui l'ont acheté ont eu la possibilité, ces NFTiff, de les échanger contre un collier Tiffany qui reprenait exactement le design du crypto punk que possédait l'utilisateur. Là, on est vraiment dans une approche extrêmement pointue. On s'adresse à une communauté limitée : 10 000 processeurs de crypto punk qui ont les moyens de s'acheter des crypto punk. C'est une des collections les plus chères et qui, derrière, vont aller au summum de la personnalisation, puisqu'ils vont transformer leur crypto punk en colliers Tiffany.


Sabine Luxurytail
C'est très intéressant. On a vraiment un exemple concret de, comme tu disais, Happy Few. Ce sont les... Comment on pourrait traduire Happy Few ? Les VIP. Les amis de la Maison qui, si je ne possédais pas ce crypto punk, je ne pouvais pas posséder le NFT Tiffany's. Donc déjà, ça réduisait la valeur de la communauté et ceux qui faisaient partie de cette communauté ont pu accéder à cette expérience.

Patrick Calmels
Totalement. Pour poursuivre, peut-être le troisième que j'ai beaucoup aimé, c'est la montre connectée de TAG Heuer dédiée aux clients passionnés de NFT qui s'appelle la Connected Caliber E4.


Là, ce qui est intéressant, c'est qu'au-delà de produire un NFT, la Maison Tag Heuer a proposé une montre qui est un réceptacle de NFT. Dans le jargon NFT, c'est un hot wallet, c'est-à-dire que c'est un portefeuille numérique qui permet de stocker ses collections de NFT, de les montrer aux autres utilisateurs. Et là où l'approche du marché était très intéressante, c'est qu'elle était accessible à la vente via des cryptomonnaies aussi. On était vraiment dans l'univers du Web3. J'achète avec des bitcoins une montre qui va me permettre de stocker ma collection de NFT et de la montrer à mes amis. Donc on est vraiment dans une approche 100% Web3 et pas uniquement NFT, puisque TAG Heuer a accepté les crypto paiements et a aussi développé un portefeuille connecté qui permet justement de stocker et de sécuriser sa collection de NFT.
Sabine Luxurytail
Donc là, j'ai plus besoin de montrer ma Bugatti ou ma résidence secondaire, je peux montrer ma montre TAG Heuer et ça pourra afficher mon statut social, toutes mes collections de NFT, finalement.

Patrick Calmels
Totalement. Tout est à ton poignet. Tu peux faire défiler tous tes crypto punk et tes BORe APES pour impressionner tes amis.

Sabine Luxurytail
Mais est- ce que tout le monde peut se l'offrir, cette montre, où il y avait une édition limitée ?

Patrick Calmels
Ce n'était pas une édition limitée, mais c'est quand même... Je n'ai pas le prix en tête, mais c'est un beau produit de Tag Hueur. Il faut avoir la volonté d'investir quand même quelques milliers d'euros pour l'acquérir.

Sabine Luxurytail
Rien n'est trop beau. Finalement, je crois que tu voulais nous parler de Gucci.

Patrick Calmels
Oui. Gucci, ce qui était très intéressant, c'est qu'ils ont un peu dépassé, ça a été les premiers à dépasser la valeur marchande du NFT, à approcher le NFT comme un objet de transaction. Ils ont décidé de rajouter une couche supplémentaire qui est le service, donc proposer des NFT qui sont des sésames, qui vont permettre à leurs détenteurs d'avoir accès à des privilèges, à des événements extraordinaires.



Je pense l'année dernière, notamment à ces services ultra premium, à une collection qui s'appelle Super Gucci, une collection de NFT, une collection qui s'appelle 10KTF, Gucci Grail. Et donc là, les détenteurs de ces NFT avaient la possibilité d'avoir accès à un cocktail ultra VIP dans une boutique concept à Soho, à New York. Donc, on a le plaisir de posséder un très bel NFT de Gucci, mais au-delà de ça, on a accès à des moments extraordinaires et à faire partie de cet univers Gucci qui est réservé aux happy few, pour reprendre le mot tout à l'heure, vraiment aux amis proches de la Maison Gucci. Comment est-ce qu'on les identifie ? Ce sont des détenteurs de NFT et ont la possibilité aussi de vendre ou d'offrir ce NFT à quelqu'un à qui ils veulent faire partager ce privilège d'avoir accès aux événements extraordinaires de Gucci.

Sabine Luxurytail
Ce qui est intéressant dans tes quatre exemples, c'est qu'on n'est pas forcément focus sur la clientèle traditionnelle du Luxe. On va s'adresser à une clientèle qui a un wallet, qui aime les crypto-monnaies, qui ne s'intéressait pas forcément à la Maison Gucci, qui ne s'intéressait pas forcément à la Maison Tiffany. Mais le fait, justement, de proposer ces expériences exclusives, de proposer ces expériences sur mesure, ça a permis aux marques de Luxe de recruter des clients qui n'étaient pas les leurs initialement. Et je trouve que ces projets, finalement, cette puissance du Web3, des réseaux sociaux, a permis aux Maisons de Luxe de s'adresser à un autre profil de clientèle. Finalement, comme je le disais tout à l'heure, un autre moyen d'afficher, d'affirmer son statut social, mais tout en gardant l'essence, l'ADN des marques de Luxe.

Patrick Calmels
Je partage totalement ton point de vue. C'est une technologie qui a été adoptée par les Maisons de Luxe pour aller parler à des nouvelles générations et rester dans un rôle de passeur, de recruteur, se placer au centre de cette bataille culturelle du Web3, en inventer des usages et être cette industrie tellement unique au sein de notre univers de marque qui est celle qui ouvre les voies et derrière lesquelles vont s'engouffrer d'autres industries qui vont profiter un petit peu de cette exploration du Luxe, puisqu'on a vu après dans plein d'autres univers des marques faire des choses extraordinaires sur le Web3. Il faut bien reconnaître que pour la blockchain, les crypto paiements et le NFT, c'est l'industrie du Luxe qui a ouvert ces nouveaux champs et qui les a un petit peu défrichés pour les autres Maisons.
Sabine Luxurytail
Merci beaucoup, Patrick. C'était vraiment génial. Et si vous voulez en savoir plus, je vous invite à vous offrir le livre que Patrick Calmes a écrit, Le Luxe à l'avant-garde des transformations digitales : champion du Web 2.0, pionnier de la du Web3.0 aux éditions L'Art Matant. Un grand merci pour ton temps, pour toutes ces informations, pour tous ces exemples, Patrick.



Patrick Calmels
Merci beaucoup, Sabine.

Sabine Luxurytail
À très bientôt. À très bientôt





7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page